Die Schwebefähre von Marseille existiert nur noch auf Websites und auf Ansichtskarten.

LINKS UNTEN

Neue Website von
Gilles Reynaud

Fotos vom Bau der Schwebefähre

Website zum Thema (1)

Website zum Thema (2)

Foto vom Abriss
im März 1944

Künstlerische 
Darstellungen

Historische
Ansichtskarten

MARSEILLE

Gesprengt und als 
Kopie wiedergeboren

Marseilles Wahrzeichen: Im Weltkrieg zerstört

Im Zweiten Weltkrieg wurde das Wahrzeichen der Stadt von den deutschen Besatzern demontiert. Seither hält die Trauer über den Verlust an. 


Deutsche Besatzer 1942 vor der Schwebefähre von Marseille

Zur Milleniumfeier wurde im Hafen von Marseille zweitweise eine illuminierte Nachbildung der Schwebefähre installiert - Presseberichte hier.


Pressebericht über das Millenium-Spektakel

Website über die Schwebefähre hier

Die Vereinigung der Marseiller in aller Welt (Association des Marseillais du Monde) hat die Schwebefähre zu ihrem Emblem erwählt.


Historische Ansichtskarte

Fotografie von Herbert Bayer 
aus dem Jahre 1928


Schwebefähre im
Zeppelin-Archiv


Schwebefähre in Marseille - vergrößern

12. 2. 2010. Ein sensationelles, bislang unbekanntes Foto der einstigen Schwebefähre in Marseille ist dieser Tage aufgetaucht. Das Foto, das uns der Krefelder Martin Jochim zu Verfügung stellt, wurde wahrscheinlich bei der ersten Südamerikareise des LZ 127 "Graf Zeppelin" an Bord gemacht. Der Photograph dieses Photos war, so Jochim, "höchstwahrscheinlich Rolf Hermann Carl, dessen Teilnahme an diesem Flug unter der Führung von Dr. Hugo Eckener  belegt ist. Carl war von 1929 bis 1933 Photograph beim Luftschiffbau Zeppelin GmbH in Friedrichshafen."


Zeppelin LZ 127 über Berlin

Nach Auskunft von Barbara Waibel vom Archiv Luftschiffbau Zeppelin GmbH war das Photographieren über Frankreich untersagt, deswegen wurden die Photoapparate der Fluggäste kurz vor der Überquerung der Grenze abgenommen wurden. Dies galt natürlich nicht für den Bordphotographen. 

Das Foto liegt zum Archiv Luftschiffbau Zeppelin GmbH und gehört zum Nachlass von Rolf H. Carl, um den sich Jochim kümmert und von dem auch diese Angaben über Carlk stammen: Geboren 1908 in Landau Pfalz, Abitur 1927 in Wiesbaden, 1928 Fotographische Ausbildung München, 1929-1933 Luftschiffbau Zeppelin GmbH, bereits ab 1934 höchstwahrscheinlich bei Agfa, Experte für Schmalspurfilm 6mm, 1936-1937 Arktisexpedition mit dem "fliegenden Pater" Pater Paul Schulte, 1940 in einer Propagandakompanie, gefallen am 25. Juni 1941 vor Brest-Litowsk.


La photo est faite environ l'année 1931 au bord du zeppelin LZ127 "Graf Zeppelin". Le photographe etait probable Rolf Hermann Carl qui était photograph chez Luftschiffbau Zeppelin GmbH dans les années 1929-1933. Il est sûre qui'il était au bord du zeppelin en 1931, la première route à l'amerique de sud, avec Dr. Hugo Eckener.

Le renseignement de Barbara Waibel était qu'il était interdit de photographer sur la France. C'est pourquoi les voyageurs du zeppelin devaient céder les appareils photos avant passer la frontière francaise. 

La source du photo doit être: Archiv Luftschiffbau Zeppelin GmbH et Nachlass (succesion?)de Rolf H. Carl. Il était né en 1908 à Landau (Pfalz) baccalaureat à Wiesbaden en 1927, éducation photographique à Munic 1928, 1929-1933 Zeppelin, 1934 probablement chez Agfa jusqu'à l'année 1940 (experte pour des films de 6mm), 1936-1937 avec Pater Paul Schulte expédition à l'arctis, 1940 dans une compagnie de propaganda et mouri à la guerre le 25. juin 1941 prés de Brest-Litowsk.


Die Sardine
von Marseille

Ici, c'est une sardine qui occupe la nacelle : la sardine de la légende, bouchant l'entrée du port depuis cinquante ans, symbole de la faconde marseillaise, de l'art d'exagérer d'un peuple qui aime à "galéger. Voila un exemple amusant, réalisé au début du siècle, d'un montage photographique.

Le pont transbordeur de Marseille 
Salut ! Engin superbe à la robuste échine 
Par toi, Marseille a pu, au prix d'un long effort,
Retirer des flots bleus la célèbre SARDINE,
Qui depuis cinquante ans bouchait l'entrée du Port... 


Hafenfähre inspirierte
Maler und Fotografen


Kunstpostkarten aus Marseille hier

11. 6. 2006. "Marseille zu Gast - im Licht des Südens" heißt eine Ausstellung in der Hamburger Kunsthalle (vom 16. Juni bis 17. September 2006), die neben den Malern auch die Fotografen vorstellt, die Anfang des 20. Jahrhunderts in der Provence-Metropole  ihre Motive fanden.

Mit der rund 80 Werke umfassenden Auswahl, die aus dem Musée des Beaux-Arts und dem Musée Cantini in Marseille stammt, bringt die Schau erstmals alle Impulse zusammen, die von der Mittelmeerstadt in jener Zeit ausgingen. Überragendes Motiv: die damalige Schwebefähre.

Zu den wichtigsten Künstlern, die in Marseille wirkten, zählte Paul Cézanne, der Vater der Moderne. Georges Braque und Raoul Dufy vollzogen hier den Wandel zum Kubismus.

In der "Welt am Sonntag" (11. 6. 2006) heißt es über die Ausstellung, auch berühmte Fotografen wie Man Ray hätten Marseille geschätzt: "Ein technisches Meisterwerk zog sie an: 'Le Pont transbordeur', eine Schwebefähre über das Hafenbecken. Die Lichtbildner sahen in dem von gewaltigen Eisenträgern geprägten Bauwerk eine Ikone des Industriezeitalters sowie des 'Neuen Sehens' und fotografierten es aus allen erdenklichen Perspektiven."Kunstpostkarten hier.


Seite im Aufbau

Willkommen im Reich der filigranen Riesen


Le pont transbordeur, qui enjambait le Vieux-Port de Marseille, architecture métallique construite en 1906 par Ferdinand (Fernand) Arnodin et constituée de deux pylônes reliés par un long tablier, a été dynamité par les Allemands, au cours de la Seconde Guerres mondiale, pour récupérer la ferraille.  Une nacelle, suspendue à un roulement installé au tablier, transportait les piétons comme les voitures. 

Le pont Transbordeur -Transbordeur bridge : L'idée de construire un édifice reliant les deux rives du port avait pour but d'éviter aux véhicules et aux piétons de longs détours en suivant les quais.Celà résolvait aussi le problème de circulation sur les quais du Vieux-Port.On fit venir dès 1899 l'ingénieur Arnodin pour envisager l'édification d'un type de pont dont il était spécialiste : le pont transbordeur. Ce projet devint réalité et en 1903, les établissements Arnodin commencèrent les travaux. La mise en service fut faite le 24 décembre 1905.Sur chaque rive sont installés deux pylônes métalliques d'environ 80 mètres de hauteur, formant un portique. Entre ces portiques, à une cinquantaine de mètres au dessus du plan d'eau est fixé un tablier horizontal supporté, tel un pont suspendu, par des câbles prenant appui au sommet des portiques. Sur ce tablier, équipé de rails, peut circuler grâce à un moteur électrique, une sorte de chariot plat.A ce chariot, est suspendu également par des câbles, un plancher formant nacelle, presque au ras de l'eau.C'est sur cette nacelle, que prennent place véhicules et passagers désirant se rendre sur la rive opposée.Il sont ainsi "transbordés" d'un côté à l'autre.Le 22 août 1944, la partie nord fut détruite par une charge explosive placée par les troupes allemandes. 

Le pont à transbordeur qui enjambait le Vieux Port fut édifié entre 1904 et 1905 par l'ingénieur Arnodin. Il fut démoli lors des combats de la libération de Marseille, le 22 août 1944. Le 7 octobre 1934, du haut de sa plate forme, on y présenta, en précipitant un mannequin, le parachute à ouverture rapide.

Le pont Transbordeur -Transbordeur bridge : L'idée de construire un édifice reliant les deux rives du port avait pour but d'éviter aux véhicules et aux piétons de longs détours en suivant les quais.Celà résolvait aussi le problème de circulation sur les quais du Vieux-Port.On fit venir dès 1899 l'ingénieur Arnodin pour envisager l'édification d'un type de pont dont il était spécialiste : le pont transbordeur. Ce projet devint réalité et en 1903, les établissements Arnodin commencèrent les travaux.La mise en service fut faite le 24 décembre 1905.Sur chaque rive sont installés deux pylônes métalliques d'environ 80 mètres de hauteur, formant un portique. Entre ces portiques, à une cinquantaine de mètres au dessus du plan d'eau est fixé un tablier horizontal supporté, tel un pont suspendu, par des câbles prenant appui au sommet des portiques. Sur ce tablier, équipé de rails, peut circuler grâce à un moteur électrique, une sorte de chariot plat.A ce chariot, est suspendu également par des câbles, un plancher formant nacelle, presque au ras de l'eau.C'est sur cette nacelle, que prennent place véhicules et passagers désirant se rendre sur la rive opposée.Il sont ainsi "transbordés" d'un côté à l'autre.Le 22 août 1944, la partie nord fut détruite par une charge explosive placée par les troupes allemandes. 
 


Marseille sería el enclave del transbordador más espectacular de todos los construidos en Francia. Las conversaciones para otorgar los permisos de construcción duraron 3 anos, firmándose el acuerdo el 8 de marzo de 1902. Las obras comenzaron el 4 de noviembre de 1904. El travesano, el más grande de los construidos en Francia, alcanzaba una distancia de 235 metros, elevándose 53 metros sobre el nivel del mär. Las torres alcanzaron una altura de 84,60 metros. El domingo 24 de Diciembre de 1905, se puso en servicio el nuevo transbordador. El 29 de Septiembre de 1942, en plena guerra mundial, el gobierno francés firma una orden por la que se autorizaba a la requisa de todo lo que pudiera ser útil a la economia nacional. A las pocas fechas el Puente Transbordador figuraba en una lista de bienes susceptibles de ser proporcionados a la industria de la fundiciön. El 20 de Marzo de 1944 las autoridades alemanas prohiben definitivamente su funcionamiento. El 22 de Agosto de ese mismo ano, una bomba germana destruyó parte de su estructura. El 1 de Septiembre de 1945 se volaban los restos del transbordador que aún perduraban en pie, finalizándose de este modo su existencia.


Marseille was the site of the most spectacular transporter bridge ever built in France. Conversations to obtain building licences lasted for three years. The licence was signed on 8th March, 1902. Building started on 4th November, 1904. The cross piece, the largest of the ones built in France was 235 metres lang, being raised 53 metres above sea level. The towers were 84.60 metres high. On Sunday, 24th December, 1905, the new bridge went into action. On 29th September, 1942, in the middle of the war, the French government signed a treaty authorising the confiscation of anything that would be useful to the national economy. Soon after this the transporter bridge appeared on a list of touchy properties which were to be handed over to the metal industry. On 20th March, 1944 the German authorities finally stopped it working. On 22nd August, of the same year a German bomb destroyed part ofthe structure. On 1st September, 1945 the last remains of the bridge were blown up, thus finalizing its existence.

Alfredo Pérez Trimino: "Puente Vizcaya - mi vida en imágines", Bilbao, 2000.